Inauguration — Complet

  • 20H30
  • Paloma
  • Complet
  • Deux scènes intérieures, une scène extérieure aménagée pour l’occasion, des artistes locaux, nationaux et internationaux...Le 7 septembre, Paloma s’ouvre en mode festival !

En extérieur, sur le parvis, se succéderont des artistes ayant marqué de leur empreinte l’histoire des musiques actuelles. JUAN ROZOFF, surnommé le “Prince français”, entamera les festivités. Puis sonnera l’heure de l’électro anglaise, avec le groupe culte DEATH IN VEGAS. La soirée se terminera en apothéose avec le DJ californien, DJ SHADOW,
La grande salle offrira un écrin de choix à un univers très chanson rock, autour de groupes talentueux issus de la région : PONY TAYLOR (heavy soul power pop – Avignon) EMILIE CHICK (pop électro hip hop soul – Nîmes), ROÉ & guests (flamenco rock – Nîmes), PHYLTRE (rock français – Avignon).
A l’intérieur, dans le Club, un plateau pop rock et festif avec VALENCIA MOTEL (pop rock 80’s – Nîmes) et P A (électro pop – Nîmes) et SHUB (noise rock – Nîmes).

DJ Shadow, avec la sortie de « Endtroducing » en 1996, a prouvé que le hip-hop instrumental était un genre à part entière qui pouvait produire des chefs d’œuvre équivalents à ceux des rappeurs. Bien que se situant dans une longue lignée, DJ Shadow est le premier maître des platines à donner une audience mondiale à l’« abstract hip-hop », créant de très nombreux émules à travers le monde.

Un rock acide et explosif pour un show plein d’énergie qui débutera leur tournée française avant l’Olympia à Paris. Après leur grand retour avec Trans-Love Energies, leur nouvel album paru en septembre dernier, succédant à Satan’s Circus sorti il y a sept ans. Sept années tourmentées qui ont vu leur producteur, compositeur et leader RICHARD FEARLESS partir vivre à New York pour étudier la photographie et monter un groupe de rock (BLACK ACID) avant de se décider à revenir Londres. Ce n’est qu’à son retour il y a deux ans que DEATH IN VEGAS a repris du service pour réaliser ce cinquième opus qui apparaît comme un retour aux sources pour le groupe.

Artiste polyglotte et multi-instrumentiste, Juan Rozoff est considéré comme le prince de la scène funk française. Le phénomène Rozoff s’est imposé dès 1990 avec l’album ‘‘Jam Session’’ riche d’arrangements et de rythmes, dont la qualité lui a valu de nombreuses collaborations internationales, comme celles de Maceo Parker, Fred Wesley ou encore Bootsy Collins. Hédoniste instinctif, Juan Rozoff véhicule, au travers de sa musique et sur scène, où il sait si bien ‘‘tout’’ donner, une sincérité si brute, si authentiquement originale, que son groove en est indéfectiblement entraînant.

Phyltre, c’est Sylvain (chant), Benoit (guitares / claviers), Axel (basse) et Romain (Batterie). Quatre avignonnais élevés au son des années 80, des synthétiseurs, des boîtes à rythmes et de Super Mario.
Fondus de musique anglophone (New Order, The Hives), et amoureux de la littérature et de la langue française, Phyltre joue du rock et le chante en français.
Côté textes, ils abordent autant leurs fantasmes que leurs histoires d’amour spatiales, leur spleen des années passées, leur regard sur les modes de vie contemporains … et même leur frustration de ne pas être femmes !

 

Roé a connu un succès international en 1990 avec Soledad (Barclay). Son désir de fusions et de rencontres musicales l’amènent à créer « les Toros ». Du plus célèbre au moins connu, ils sont plus de 1000 chanteurs et musiciens à se succéder sur les scènes. Guitariste de studio, Roé compose aussi, pour le cinéma, la danse contemporaine, le théâtre.
Dans un écrin blues rock, il nous livre des morceaux aux résonances mêlées de mélodies flamenca, de chanson française et de poésie.

Difficile de définir la musique d’Emilie Chick: Hip-hop, swing, electro, pop, soul? C’est comme si choisir devait la priver de tous les autres styles. Alors le quartet ne quitte jamais le groove, mais s’aventure dans des orchestrations pop osées, sur lesquelles la voix d’Emilie navigue façon bad girl, crooneuse, diva jazz ou spoken word. Gilles Peterson, le pape musical anglais a tellement aimé qu’il l’a nommée révélation de son festival Worldwide en 2008. En 2010, elle sort son 1er album solo, mélangeant précisément toutes ses influences, très urbaines et gagne le Coup de cœur de la presse musicale européenne d’Europavox/Adami/Deezer. En pleine préparation de son nouvel album, Emilie se retrouve présélection PACA du Printemps de Bourges 2011. Parcours prometteur, non ?

Pony Taylor est un savant dosage de tout ce qui a marqué la pop music de qualité de ces 50 dernières années.
Sans rester ancré dans le passéisme ou la nostalgie Mod, Pony Taylor a su digérer toutes ses influences : Le résultat ? Des perles pop, à l’efficacité ravageuse, des mélodies immédiatement gravées dans la mémoire, des chansons menées tambour battant.

P A, se sont à l’origine les initiales de Panik Angelik, un trio formé en 2007 dont les membres, après avoir sorti un premier EP sous ce nom en 2009, ont décidé à partir de 2011 de ne garder que les initiales. P A c’est avant tout une histoire d’amitié, une volonté réelle et ancrée de créer quelque chose de nouveau. C’est avec des morceaux comme « le monstre » que le trio crée sa propre tonalité, dispensée lors de concerts intimistes avec de nettes résurgences Joy Division ou Foals dans l’âme et les cordes. Le nouvel EP sortit en Avril 2012 donne donc dans un mélange audacieux, assez novateur et mélancolique à la fois.

Valencia Motel, groupe formé sur les fondations de The Froggs en mars 2010 dispense un son post punk avec de nettes influences 80’s. S’inspirant des classiques du genre tels que Joy Division, The Smiths ou The Cure, ainsi que de formations plus contemporaines (Mogwai ou Wu Lyf entre autres), Valencia Motel s’inscrit dans la continuité de l’esthétique post punk.
Développant des harmonies vocales doublées par des nappes de clavier, le quatuor accentue les ambiances atypiques des banlieues britanniques par une basse sombre et linéaire ainsi qu’une guitare tranchante, caractéristique de l’esthétique du groupe.

Le groupe naît à Nîmes début 1996, rapidement, le trio enregistre une démo. Mais ce n’est qu’en 2005 que le désormais trio trouve réellement son rythme de croisière, part en tournée en France, en Italie et réalise son premier album sur son propre label (Goback records) “If you can’t read Shub, bad luck you’re colorblind”. Ils préparent aujourd’hui un quatrième album et reviennent d’une tournée en Espagne. Encore d’autres tournées aux Pays-bas/Allemagne et le groupe alors éparpillé entre Nîmes et Paris trouve tout de même le moyen de nous composer le magnifique LP « The snake, the goose and the ladder ».
Avant des dates aux quatre coins de la France, en Autriche et en Belgique, l’incroyable troisième album « Fuck my Luck » sort début 2011. Ils préparent aujourd’hui un quatrième album et reviennent d’une tournée en Espagne.

Implantée depuis 6 ans dans le Gard, la compagnie Zângão Bateria est un collectif de percussionnistes mené par Cyril Solanas, qui envoute par son groove communicatif. Des obsessions rythmiques et des ruptures, du lourd et du grave, du ciselé et de l’aigu. Une équipe de fous, percussionnistes chanteurs, comme des puces allumées, ils passent d’un continent à un autre en chaloupant bas. Ivres de sons, éclairés par leur bonne humeur, dopés par leur collectif, ils n’arrêtent qu’épuisés mais ils sont infatigables ! Ils délivrent leur énergie communicative dans diverses rues et sur différentes scènes du sud de la France et d’ailleurs.

Infos navettes

Bus Aller : Ligne 2 « CHU Carrémeau – Citadelle/Paloma ».
Fréquence : toutes les 10 minutes environ, jusqu’à 21h30.

Les soirs de concert, sur simple demande, le bus vous dépose à Paloma.

Lignes périurbaines déjà existantes : 11,12, 21 et 22

Bus Retour : Ligne 2  « Citadelle/Paloma – CHU Carrémeau »
Tous les arrêts sont desservis jusqu’au terminus  »CHU Carrémeau »

Prix d’un ticket de bus habituel : 1,60 €

Détail des horaires de retour pour ce concert à venir.

Partager & commenter