LAURENT BENITAH + HAROLD MARTINEZ

  • 20H
  • Club
  • Unique : 6 €

Voix rauque atypique, dégaine flegmatique flanquée d’un sempiternel couvre-chef, Laurent Benitah impose, intrigue, et touche en plein cœur. La musique, le gone originaire de la Croix-Rousse (Lyon) en a fait son art de vie depuis plusieurs décennies. Auteur, compositeur, guitariste généreux et militant, après « La Famille », son projet de rock métissé, il co-fonde en 1996 « Zenzila », véritable institution lyonnaise qui vingt années durant sillonnera France et Europe, de l’Olympia au Jazz festival de Montreux, collaborant au passage avec Mano Solo ou Rachid Taha. 600 concerts et 6 albums plus tard, c’est un virage solitaire que prend Laurent en 2021, en sortant son premier EP « Dépareillé ». Solo mais toujours accompagné, l’artiste s’entoure des talentueux Fabien Tolosa (batterie/machine), Armand Feret (guitare / clavier), et Jean Lamoot (réalisation) connu notamment pour ses collaborations avec Alain Bashung, Noir Désir, Raphaël ou Dominique A . En découlent 6 titres électriques entre blues, chanson et rock, imprégnés d’Orient, de nostalgie, d’asphalte et de volutes de fumée. Une virée en noir et blanc filmée au cinémascope, d’une sensibilité et une sincérité qui prend aux tripes.

Dès les premières notes, Harold Martinez nous hypnotise de sa voix habitée qui prend aux tripes. Ses guitares aux sons bruts, nous portent dans un univers « Chamanique », et tribal… En duo avec le batteur Fabien Tolosa, il conte un voyage en cinémascope dans des paysages balayés par le vent chaud venu des plaines. Un road-movie où il pactise avec les démons et embrasse une vie dépravée, habitant son blues-folk d’une voix mélancolique, proche de la cassure nette quand l’émotion menace de tout submerger. Une guitare affirmée, maîtrisée, une batterie, des percussions sur des fonds sonores électro évoquant atmosphère et paysages, des textes qui rappellent les affres, les souffrances et les quêtes des aventuriers, des musiques suggérant tour à tour les paysages de désert ocre, la tristesse, l’appel aux armes, à la rédemption, à la paix de l’âme ou au secours de l’amour perdu, l’histoire américaine des européens s’écoule dans les oreilles, suave, rythmée, affirmée.

Infos navettes

Bus Aller :
> Ligne 2 :
toutes les 10 min. environ, jusqu’à 21h30.
> Ligne 10 : jusqu’à 21h. Arrêt Villon ou Citadelle (5 min à pied).
> Lignes 11, 12 : toutes les 30 minutes environ, jusqu’à 20h. Arrêt Paloma en face du bâtiment.

Bus Retour :
Un trajet retour unique est assuré par la ligne 2
« Citadelle/Paloma – Jaurès », depuis l’arrêt de bus Paloma.
Départ environ 30 min. après la fin des concerts. Horaires sur les pages de chaque concert sur le site internet et Facebook.

Partager & commenter