JE SUIS SUPER + GERARD JUGNO 106 — Terminé

  • 21H
  • Club
  • Terminé

Costume rouge, projection, musique live, on assiste aux tribulations de ce super héros qui doute de son utilité dans ce monde sombre, incertain, cherchant avant humour – parfois noir – le chemin de LESPOIR en un seul mot. C’est l’histoire d’un projet artistique pluridisciplinaire né il y a une dizaine d’années dans les esprits des artistes Christophe Blanc et Jean-François Oliver. Son nom ? SUPER. Un sacré personnage, qui voit le jour au travers d’une mini-série d’animation au style radical. Puis, la vie « Je Suis Super » prend une tournure plus augmentée, s’exprimant à la fois en dessin au fusain, par des installations interactives, des projections, de la sculpture, des jeux vidéos, et surtout, du son. La formation musicale comprend les deux artistes auxquels s’ajoutent des musiciens bien connus de la scène noise : Benjamin Cebrian (Shub, Desicobra) et Frédéric Conte (Marvin, La Colonie de Vacances). Résultat, depuis 2016, Je suis SUPER, unique en son genre, se vie en live à la manière d’un ciné-concert aux inspirations expérimentales.

Soutenu par le Département du Gard (30), la Ville de Nîmes et la Région Occitanie au titre de l’aide à la création et à la diffusion.
Réalisé en coproduction avec Stand’Art-Victoire 2 – SMAC à Saint Jean de Védas et en partenariat avec la Maison pour tous Joseph Ricôme, la Maison pour tous Albert Camus à Montpellier et Paloma – SMAC de Nîmes Métropole.
Gérard Jugno 106 construit des morceaux qui font suer, vindicateurs et euphoriques, de grands coups de maillets abattus avec une verve rare sur les murs de la chapelle corbac, qui rappelleront alors bien plus les délires d’AFX et consorts que la morgue des idoles goths.
Un projet synth-geek qui se nourrit autant de la lutte humain vs machines que du Père Noel est Une Ordure, entre Yello, Green Velvet, Nitzer Ebb et Boby Lapointe.
En inventant ce personnage fou, il trouve un parfait terrain pour mêler tout à la fois son goût sincère pour les musiques électroniques sombres et son plaisir taquin du décalage, de l’absurde, et du jeu. Et s’il est sûr que cet exercice là est périlleux, les années de recherche du garçon en ont fait un maître équilibriste, seul capable d’élaborer un LP comme “Grand Korg Malade”, qui sort en vinyle sur le Turc Mécanique en collaboration avec Linge Records et Underscope.
Il confronte alors ses sons industriels froids et tranchants au Fun Factor qui fait souvent défaut au genre. Sa propension chorégraphique sur scène et ses effluves New Beat changent la donne en impulsant une transe spontanée et viscérale.

Infos navettes

Bus Aller :
> Ligne 2 :
toutes les 10 min. environ, jusqu’à 21h30.
> Ligne 10 : jusqu’à 21h. Arrêt Villon ou Citadelle (5 min à pied).
> Lignes 11, 12 : toutes les 30 minutes environ, jusqu’à 20h. Arrêt Paloma en face du bâtiment.

Bus Retour :
Un trajet retour unique est assuré par la ligne 2
« Citadelle/Paloma – Jaurès », depuis l’arrêt de bus Paloma.
Départ environ 30 min. après la fin des concerts. Horaires sur les pages de chaque concert sur le site internet et Facebook.

Partager & commenter